Benxi
This project is co-funded by the LIFE programme of the European Union

                               Life       Natura2000
Projet
Project
Life SAMFIX

Notre mission est de sauver les forêts des invasions Xylosandrus.

Nous étudions les voies d'expansion et développons des protocoles de détection précoce ainsi que des mesures de confinement et d'éradication.
la découverte

2016: les deux coléoptères Xylosandrus ont été observés dans des zones naturelles proches de la Côte d’Azur et en espagnol, El Pla de les Clotxes ...

L’invasion

Septembre 2016: dans le parc national du Circeo, la première épidémie massive de Xylosandrus compactus et de Xylosandrus crassiusculus dans un parc naturel.

L’étude

Les scientifiques commencent à étudier les voies d’expansion et expérimentent des protocoles de détection précoce et des mesures de confinement ou d’éradication à petite échelle.

SAMFIX

2018 le projet SAMFIX commence à contenir et à éradiquer les invasions.

Project Summary

En septembre 2016, le premier foyer important des coléoptères scolytides d’origine asiatique, Xylosandrus compactus (scolyte noir des rameaux) et Xylosandrus crassiusculus, a été découvert dans un écosystème naturel européen, le parc national italien Circeo qui couvre 7 SCI.

Ces coléoptères creusent dans les jeunes pousses (X. compactus), les branches et les troncs (X. crassiusculus) des galeries hébergeant des champignons symbiotiques. Les arbres infestés peuvent présenter des dégâts allant d’un flétrissement des pousses, un dépérissement des branches, jusqu’à un déclin général. Au final, une dessiccation diffuse du maquis méditerranéen peut se produire, comme c’est actuellement observé sur une superficie de 13 ha du parc Circeo.

X. compactus était auparavant connu d’Italie, en Campanie, en Toscane et en Ligurie. Il est récemment apparu en France à Saint Tropez et à Saint-Jean-Cap-Ferrat (2016) et dans le jardin botanique de la Villa Thuret à Antibes à (2017).

X. crassiuluscus a été détecté pour la première fois dans des vergers du centre-nord de l’Italie. Il a ensuite été signalé en 2014 au mont Boron, près de Nice, puis en 2016 dans la réserve biologique de l’Ile sainte Marguerite, près de Cannes, et au Pla de les Clotxes, Benifallò, dans la région de Valence en Espagne.

Les dégâts alarmants observés dans le parc du Circeo comme le nombre croissant de signalements dans ou à proximité de parcs naturels le long de la côte tyrrhénienne et la vulnérabilité de nombreuses espèces de maquis à feuillage persistant, ont amené les scientifiques à étudier les voies d’expansion et à expérimenter des protocoles de détection précoce et des mesures de confinement et d’éradication à petite échelle.

Objectifs

SAMFIX vise à partager ces compétences et efforts de recherche et à exploiter leurs résultats; à développer des protocoles et des outils spécifiques et les expérimenter dans un large éventail de sites; à collecter et évaluer les données ainsi obtenues afin de mieux comprendre les voies et itinéraires d’invasion et les risques associés, afin d’atteindre les objectifs suivants:

– Mettre en place, dans et autour de 6 sites européens infestés, situés dans des parcs naturels ou à proximité de ceux-ci, des protocoles efficaces de prévention, d’alerte précoce et de réaction rapide, d’éradication ou de confinement des infestations actuelles, et de prévention de leur expansion potentielle.

– Etendre les protocoles de prévention et d’alerte précoce à 8 parcs naturels situés à proximité de ces sites pour éviter leur colonisation ultérieure.

– Diffuser les connaissances sur les filières d’invasion et les risques associés, ainsi que sur les protocoles de prévention, de détection précoce et de réaction rapide auprès des organismes et réseaux d’experts méditerranéens et européens impliqués dans les politiques concernant les espèces exotiques envahissantes, et des gestionnaires de parcs naturels afin de faciliter l’adoption de mesures phytosanitaires et la généralisation de protocoles visant à préserver les forêts méditerranéennes et les paysages de maquis.

 

Résultats Escomptés

Définition de protocoles efficaces de prévention, d’alerte précoce et de réaction rapide spécifiques à ces espèces pour la limitation de l’expansion de Xylosandrus compactus et de X. crassiusculus dans les parcs naturels européens.

– Protection de 42,179 hectares d’environnements naturels et semi-naturels par des systèmes efficaces de prévention et d’alerte précoce, dont 40,180 hectares d’habitats sensibles sur des sites Natura 2000 (principalement les annexes I-9340, 9540, 9320,5330).
– Réduction de 80% de ces espèces exotiques envahissantes dans les zones centrales du projet (population / ha) et extension à d’autres zones après 2020.
– Identification des voies d’invasion, en précisant si la propagation actuelle des deux espèces provient d’introductions séparées induites par l’homme en provenance de l’aire de répartition naturelle, de zones déjà infestées de la Méditerranée ou d’une propagation naturelle.
– Rédaction de lignes directrices à l’appui des analyses du risque phytosanitaire pour diffusion aux organismes compétents et utilisables pour la standardisation des mesures phytosanitaires.
– Estimation de l’efficacité constatée des nouvelles technologies IoT et de télédétection pour la gestion des populations de Xylosandrus.
– Sensibilisation de 120 parties prenantes locales (80%) dans les zones centrales du projet (gestionnaires de parc et gardes forestiers, pépiniéristes, propriétaires de vergers et de jardins, inspecteurs publics) aux risques d’invasion et aux besoins en matière de prévention de Xylosandrus, en les rendant capables de reconnaître les signes de présence des insectes et / ou d’utiliser les pièges attractifs pour la surveillance.
– Formation de 40 gestionnaires et agents des parcs des zones à protéger de l’expansion.
– Sensibilisation de 80% des visiteurs des parcs aux espèces exotiques envahissantes et à leurs risques pour la conservation de la biodiversité; dont 10% participant à des activités de science citoyenne.
– Sensibilisation de 1500 lycéens aux espèces exotiques envahissantes et à leurs risques pour la conservation de la biodiversité, et engagement dans des activités citoyennes.
– Participation d’au moins 1000 citoyens aux visites d’inspection sur le terrain; Organisation de 40 événements locaux dans les zones centrales et zones à protéger du projet, avec une participation d’au moins 2 000 citoyens et diffusion par les médias locaux régionaux ou nationaux.
– Sensibilisation aux risques de 80% des parcs naturels situés autour de la mer Tyrrhénienne par courrier direct, la participation à une des 4 conférences du projet ou à d’autres conférences présentant SAMFIX.

Actions

  1. 2018

    1/7/2018          Début du projet
    19-20/7/2018   Réunion de lancement
    30/09/2018      Création du site Internet
    31/12/2018       Publication d’une première version des protocoles pour les parties prenantes.
    31/12/2018       Disponibilité du système d’information géographique (SIG)